Projet de loi 17: les contribuables ne veulent pas donner plus d'argent aux chauffeurs de taxi

Sondage Rémunéré Google | Projet de loi 17: les contribuables ne veulent pas donner plus d'argent aux chauffeurs de taxi

Un sondage mené pour le compte de la Fédération des contribuables canadiens montre qu'une grande majorité des répondants (79%) n'estiment pas nécessaire de verser un centime à titre de compensation aux titulaires de permis.

Selon une enquête menée par un millier de Québécois, le montant de la compensation offerte aux chauffeurs de taxi par le ministre des Transports, François Bonnardel, est considéré par 39% des répondants comme "trop ​​élevé".

En revanche, 40% des contribuables interrogés estiment que les 800 millions de dollars proposés par M. Bonnardel sont "équitables". Seulement 11% pensent que le montant est trop bas.

Un répondant sur quatre s'est opposé au projet

Parmi les répondants, un sur quatre (25%) s'oppose à la réforme de l'industrie du taxi présentée par le gouvernement de Caquist. "En général", 35% du projet de loi appuie, mais 41% des répondants ont répondu "Je ne sais pas".

"Il existe un fonds dans les poches des contribuables", a déclaré Renaud Brossard, directeur de la Fédération canadienne des contribuables, Québec.

"Ils admettent qu'une réforme est nécessaire, mais ne sont pas disposés à payer les détenteurs de licence de taxi pour réaliser des profits énormes sur leur dos", a-t-il ajouté.

L’ouverture de cette enquête est effectuée par un comité qui organise des consultations spéciales sur le projet de loi en vue de transporter des personnes en voiture, moyennant des frais supplémentaires.

Etude "incomplète" selon PLQ

"J'ai ressenti assez souvent le libellé du ministre dans l'entretien, alors je ne sais pas s'il n'y a pas eu de conversation avec le ministre", a déclaré le porte-parole libéral en matière de transport, Gaétan Barrette.

"Si la préoccupation absolue concernait le contribuable, je m'attendrais à ce que le prix plancher et le prix plafond soient fixés", a ajouté le député européen de La Pinière, qui a estimé que l'étude était "incomplète".

Établir des limites de prix dynamiques – en utilisant un multiplicateur basé sur l'offre et la demande comme Uber – est l'une des recommandations de la Régie des taxis de Montréal. réunion du comité mercredi.

Les audiences ont donné lieu à une confrontation relativement tendue entre la ministre Bonnardel et les taxis du Grand Montréal et de la Rive-Sud, ce qui est contraire à la réforme de la CAQ.

"Je présente mes excuses à M. le ministre, mais ne nous prenez pas contre les idiots", a averti l'un des porte-parole de la société, Benoit Vallée, avant d'être appelé par le président. commission.

Plus d’articles concernant le Sondage Rémunéré Yougov

Sondage Rémunéré Google | Projet de loi 17: les contribuables ne veulent pas donner plus d'argent aux chauffeurs de taxi
4.9 (98%) 32 votes